Atchoum! C'est de nouveau la saison du pollen!

Atchoum! C'est de nouveau la saison du pollen!

Atchoum! C’est de nouveau la saison du pollen!

Au printemps, la plupart des gens rêvent de profiter de l’instant présent et de remettre leurs inquiétudes à plus tard. Cependant, pour les millions de personnes qui souffrent d’allergies au pollen, le printemps ne signifie qu’une seule chose : le mouchoir en papier.
Selon un article paru dans Health Aftet 50, les allergies au pollen sont plus fréquentes en automne, mais il arrive souvent qu’elles durent plus longtemps au printemps. En fait, ce que vous prenez pour un rhume de printemps pourrait très bien être une allergie. Les autres symptômes de l’allergie comprennent des maux de tête, de la fatigue, une irritabilité et des maux de gorge.
Selon The Allergy Self-Help Book (Rodale Press, Emmaus,
Penn.), une allergie est une hypersensibilité à des « substances qui n’incommodent pas la plupart des gens ». Ces substances qui provoquent des réactions allergiques sont des allergènes.

Lorsque vous entrez en contact avec un allergène, en le touchant, en le mangeant ou en l’inhalant, votre système de défense passe à l’action. D libérera ainsi de l’histamine pour neutraliser l’envahisseur. D faut noter que le système immunitaire ne flanche pas souvent. Cependant, lorsqu’il se dérègle et s’attaque inutilement à des substances inoffensives, comme des fraises ou de la poussière, il amène l’organisme à libérer de trop fortes quantités d’histamine. Or, c’est cet excès d’histamine qui déclenche les symptômes désagréables de l’allergie. En général, les allergies se développent avec le temps, bien qu’une personne puisse faire une réaction dès le premier contact. Souvent, l’organisme résiste aux premiers contacts
avec un allergène. puis il finit par céder. C’est pourquoi bon nombre de personnes dans la cinquantaine ou la soixantaine s’étonnent de voir se développer « tout à coup » une allergie à un aliment qu’ils ont pourtant mangé durant toute leur vie. Bien que le pollen soit un allergène notoire, puisque plus de 15 millions d’Américains souffrent du rhume des foins, une personne peut être allergique à toutes sortes de choses. Les allergènes les plus courants comprennent les aliments, comme les œufs et le blé, les médicaments, la laine, la fumée, la poussière, le poil d’animaux et les moisissures.

Constatation intéressante : si vos parents souffraient d’allergies, il y a de fortes chances pour que vous souffriez vous aussi d’allergies, mais pas nécessairement des mêmes. Pour une raison ou pour une autre, de nombreuses personnes décident de « s’accommoder » de leurs allergies au lieu de les traiter. Cependant, avant de pouvoir traiter une allergie, il faut bien entendu savoir de quel allergène il s’agit. Les tests cutanés sont ceux auxquels on a le plus souvent recours pour dépister les allergies. Lors d’un test de ce genre, votre médecin vous injecte un allergène sous la peau. Si une marque apparaît, c’est que vous êtes allergique à cette substance. Cependant, si les tests cutanés sont efficaces pour dépister les allergies au pollen, ils le sont moins dans le cas d’allergies alimentaires et ils sont presque inutiles dans le cas des allergies aux médicaments (â quelques exceptions près).

Le dosage des IgE sériques ou test RAST est plus efficace pour dépister les allergies. Le test RAST est un simple examen sanguin, qui consiste à mesurer la quantité d’anticorps dans le sang, ce qui indique au médecin si votre organisme essaie de combattre un allergène.

Commentaires

Commentaires