Des études démontrent les bienfaits de l'exercice et de l'amaigrissement dans le contrôle de l'hypertension

Des études démontrent les bienfaits de l'exercice et de l'amaigrissement dans le contrôle de l'hypertension

Des études démontrent les bienfaits de l’exercice et de l’amaigrissement dans le contrôle de l’hypertension

Deux études médicales récentes vantent les mérites de l’exercice et de l’amaigrissement dans le contrôle de l’hypertension légère.
En outre, ces deux études suggèrent, au moins pour les cas d’hypertension légère, que les thérapies médicamenteuses ne
sont que pure perte d’argent pour les personnes qui pratiquent des exercices régulièrement et qui surveillent leur poids.
Dans le même ordre d’idées, des rapports publiés dans The Journal of the American Médical Association et dans le Médical World News révèlent que l’exercice et la perte de poids donnent d’aussi bons, voire de meilleurs résultats. D’autres études ont encore été menées dans ce domaine. Ainsi, les médecins de 3 cliniques du Maryland ont conduit une étude sur 3 groupes d’hommes dont la tension artérielle s’élevait en moyenne à 14,5/9,7 cm de mercure. Ces sujets menaient
tous une vie sédentaire, c’est-à-dire qu’ils ne faisaient à peu près aucun exercice.

Les médecins ont donc administré un bêta-bloquant (de l’hydrochlorure de propranolol) à un 1er groupe de patients. Le
2ème groupe a reçu un agent bloqueur du canal calcique ou inhibiteur calcique (à savoir de l’hydrochlorure de diltiazem). Quant au 3ème groupe, il s’est vu octroyer un placebo tout à fait inoffensif. De plus, les 3 groupes ont été soumis au même genre d’exercices. Ainsi, 3 fois par semaine, les 49 sujets faisaient 20 stations de poids et haltères, en vue de perdre du poids. Ds passaient ensuite 20 minutes à faire des exercices d’endurance, du vélo d’appartement, de la marche ou du jogging.

Au bout de 10 semâmes, la tension systolique moyenne des patients avait diminué de 14 points, tandis que leur tension diastolique avait chuté de 13 points, passant ainsi à une tension artérielle de 13,1/8,4. Le plus intéressant fut d’observer que la tension artérielle avait baissé autant chez les sujets qui prenaient des médicaments que chez ceux qui n’en prenaient pas. Les chercheurs en ont donc conclu que l’exercice était responsable de l’amélioration du niveau de leur tension artérielle.
De plus, certains sujets avaient vu diminuer leur taux de cholestérol total et de « mauvais » cholestérol. Notons toutefois que chez les sujets qui prenaient un agent bloqueur du canal calcique, les taux de « mauvais » cholestérol avaient augmenté, tandis qu’ils avaient baissé chez ceux qui prenaient un bêta-bloquant.

Enfin, tous les patients avaient perdu un peu de poids et augmenté leur force de 25 % en moyenne. Par ailleurs, le journal Médical World News évoque aussi une deuxième étude portant sur 800 personnes obèses souffrant d’hypertension légère. Dans le cadre de cette dernière étude, les scientifiques ont commencé par séparer ces 800 personnes en deux groupes. Ils ont fait suivre un régime amaigrissant à l’un des groupes constitués et ont laissé l’autre manger norma-
lement. Les chercheurs ont ensuite divisé chacun des 2 groupes en
3 petits groupes. L’un de ces sous-groupes ainsi formé recevait un diurétique (chlorthalidone), un autre, un bêta-bloquant (aténolol) et le dernier, un placebo.

On a pu alors observer que les sujets au placebo avaient perdu au moins 5 kilos et réduit leur tension diastolique de 12 points, soit à peu près dans les mêmes proportions que les sujets prenant des antihypertenseurs. Quel est donc le secret d’une telle réussite ? À en croire les explications du Dr Herbert Langford, chef des recherches sur l’hypertension à l’université du Mississipi, pour diminuer sa
tension artérielle par la seule perte de poids, il faut perdre au moins 5 kilos, apparemment. En revanche, d’après les résultats de cette dernière étude, si une personne perd moins de 5 kilos, sa tension artérielle demeure supérieure à la normale.

Commentaires

Commentaires