La perte d'appétit et la perte de poids chez les personnes âgées

La perte d'appétit et la perte de poids chez les personnes âgées

La perte d’appétit et la perte de poids chez les personnes âgées

La perte d’appétit et la perte de poids qui s’ensuit peuvent détériorer la santé des personnes âgées. Malheureusement, les médecins et les familles se heurtent souvent à des difficultés lorsqu’ils essaient de remédier à la situation.
Un article paru récemment dans Postgraduate Medicine révèle que la perte d’appétit, que l’on appelle aussi anorexie, est généralement due à des problèmes physiologiques ou sociaux, de sorte qu’il est souvent possible d’y remédier. Qu’est-ce qui peut déclencher une anorexie chez les personnes âgées ? Selon une étude menée par les Drs Cynthia Olsen-Noll et Michael Bosworth de la faculté de médecine de
l’université d’état de Wright, des problèmes d’estomac, l’absorption de médicaments présents sur ordonnance, des maladies cardiaques et pulmonaires, des restrictions alimentaires, l’isolement ou même une cause aussi simple que des prothèses dentaires mal ajustées ou des maux de dents peuvent entraîner une perte d’appétit et une perte de poids.

Les médecins recommandent de faire subir un examen médical complet à une personne âgée ayant perdu du poids ou l’appétit, afin de savoir si un problème médical n’en est pas à l’origine.

Parmi les problèmes médicaux que l’étude à permis d’associer à la perte d’appétit, on trouve principalement :

• Les problèmes d’estomac – ulcères d’estomac, obstructions intestinales, calculs biliaires, reflux gastriques, cancer de l’estomac, ralentissement de la fonction de l’œsophage ou spasmes œsophagiens.
• Les problèmes dentaires – « L’absence de dents ou des prothèses mal ajustées peuvent amener une personne à éviter les aliments solides », expliquent les chercheurs. Un mal de dents, une dent sensible ou une piètre hygiène dentaire peuvent aussi avoir un effet sur l’appétit d’une personne âgée et sur la quantité de nourriture qu’elle absorbe.
• Les problèmes cardiaques et pulmonaires – l’emphysème, les défaillances cardiaques et la bronchite chronique.
• Les autres problèmes – l’hyperthyroïdisme, l’hypothyroïdisme, l’urémie, les néoplasmes (prolifération pathologique de tissus qui peuvent former une tumeur cancéreuse) ou les problèmes hépatiques.

Les médicaments prescrits sur ordonnance ou en vente libre peuvent aussi avoir un effet sur l’appétit. La lévodopa (Dopar ) et la digitaline (digoxine®) sont « deux médicaments plus particulièrement en cause dans la perte de l’appétit », expliquent les auteurs.
« Une sédation excessive due à des psychotropes, un usage abusif de laxatifs en vente libre ou de suppresseurs d’appétit…les diurétiques thiazidiques, » les antibiotiques, les sédatifs, les narcotiques et divers autres médicaments sont également mis en cause.

Il ne faut pas non plus négliger l’aspect éducatif des problèmes d’ordre alimentaire. « Souvent, les médecins prescrivent des régimes alimentaires restrictifs, tels que des régimes faibles en sel, riches en fibres ou à teneur réduite en graisses, sans prendre le temps de déterminer si leurs patients possèdent les compétences voulues pour modifier leur alimentation en conséquence et trouver des aliments de substitution adéquats, explique-t-on dans l’étude. Or, les patients les plus âgés sont plus susceptibles que les personnes les plus jeunes d’avoir des connaissances erronées et d’entretenir toutes sortes de mythes sur la nutrition. »
Selon le rapport cité plus haut, les problèmes sociaux peuvent aussi provoquer la perte d’appétit. En effet, comme les personnes âgées mangent plus souvent pour des raisons mondaines que pour leur propre satisfaction, l’endroit où les repas sont pris et leur présentation prennent beaucoup d’importance.

Ainsi, une personne vivant seule sera moins susceptible de se préparer et de manger des repas complets. Une personne ayant des problèmes d’ouïe pourrait cesser de prendre du plaisir à manger parce qu’elle a des difficultés à entretenir une conversation.
L’altération du goût, de l’odorat ou de la vue entraîne une suppression des stimulants naturels de l’appétit dans l’organisme, si bien que la personne n’éprouve plus de sensations de faim ou ne prend plus autant de plaisir à manger. En institution, le choix limité des aliments peut aussi poser des problèmes. C’est pourquoi, selon le Dr Bosworth, la liberté de choisir ses aliments et de meilleures relations sociales, pendant les repas, contribuent considérablement à améliorer l’état de santé générale des personnes âgées.

Enfin, la dépression, la solitude, l’isolement, l’alcoolisme non diagnostiqués, la perte de mémoire, l’abus de médicaments et
l’anxiété sont autant de facteurs propres à entraîner la perte d’appétit. Pour surmonter ces problèmes, les Drs Olsen-Noll et Bosworth recommandent aux personnes âgées de subir un examen
médical et de préciser à leur médecin traitant quels sont les divers médicaments (présents sur ordonnance et ceux en vente libre) pris, afin que celui-ci puisse éliminer ceux dont elles n’ont pas besoin, leur ordonner des soins dentaires et leur fournir des renseignements utiles.
Les Drs Olsen-Noll et Bosworth conseillent aussi aux personnes âgées de se faire aider dans la préparation des aliments spéciaux et de se réserver suffisamment de temps pour manger dans un cadre agréable.
Enfin, ils leur recommandent de faire davantage d’exercice physique quand elles le peuvent (une promenade l’après-midi, par exemple), si elles manquent d’appétit ou perdent trop de poids.

Commentaires

Commentaires