Le zinc peut prolonger la vie

Le zinc peut prolonger la vie

Le zinc peut prolonger la vie

Une carence en zinc peut réduire la réponse du système immunitaire et augmenter les risques d’infection. Par ailleurs, un excès de zinc peut inhiber les fonctions du cuivre, du fer et d’autres minéraux dans l’organisme.
Ainsi, une étude publiée récemment dans le Journal of Nutrition for the Elderly indique que l’on peut se fier à l’ANR qui fournit suffisamment de zinc pour assurer le bon fonctionnement du système immunitaire sans entraver l’absorption des autres éléments minéraux.

Selon le gouvernement fédéral des États-Unis, l’ANR en zinc est de 15 milligrammes par jour.

Mais vous en trouverez aussi dans le foie, les produits de la mer (plus particulièrement le hareng et les coquillages), les produits laitiers, la viande, les grains entiers et les œufs qui sont d’excellentes sources de zinc, tandis que les légumes en contiennent très peu.

 

Évitez les carences en zinc, à partir d’un certain âge

Passé un certain âge, il faut éviter les carences en zinc car un apport adéquat en zinc pourrait contribuer à réduire les taux de décès chez les personnes âgées. En effet, l’affaiblissement du système immunitaire entraîne un plus grand nombre d’infections chez les personnes plus âgées ; or, comme on le sait, les infections provoquent de nombreux décès chez ces personnes.
Le zinc pourrait aussi prévenir la « dégénérescence maculaire », une détérioration des nerfs oculaires. En effet, d’après les résultats d’une étude menée à l’Eve Center de l’université Louisiana State, la détérioration oculaire était moins prononcée chez les adultes vieillissants qui prenaient des suppléments de zinc depuis environ 2 ans que chez ceux qui n’en prenaient pas.
De plus, selon certaines données, le zinc contribuerait à lutter contre le cancer et les maladies cutanées, à stimuler le sens du goût et à réduire la durée d’un rhume (Source : Journal of Nutrition for the Elderly). Par ailleurs, on indique dans The American Journal of Clinical Nutrition que le vieillissement n’est pas la seule cause de la diminution des taux de zinc. Les personnes âgées, et plus particulièrement celles qui vivent dans des institutions, ont des carences en zinc parce qu’elles ont perdu leur appétit. Une étude menée à l’université Bowling Green State a d’ailleurs montré que « l’apport en zinc alimentaire de 67 % des personnes âgées était insuffisant ». Selon un autre rapport sur l’alimentation institutionnelle paru dans Human Nutrition and Applied Nutrition, les repas servis dans l’une des unités de soins intensifs faisant l’objet de l’étude ne fournissaient que la moitié de l’ANR en zinc, même lorsque le patient vidait son assiette.

On a d’autre part remarqué que l’acide phytique, présent dans les grains et les autres fibres alimentaires, entravait l’absorption du zinc. C’est la raison pour laquelle les personnes qui suivent un régime riche en fibres ou un régime végétarien, ne consomment pas toujours suffisamment de zinc. D’ailleurs, selon le Journal of Nuthtion, la cuisson normale « réduit la teneur des aliments en acide phytique et favorise l’absorption du zinc ».

Mais n’abusez pas du zinc

Prudence ! Les suppléments de zinc qui fournissent plus que l’ANR inhibent le métabolisme du cuivre et du fer. « Plusieurs femmes risquent ainsi une carence en fer », même si elles ne prennent que 4 fois l’ANR en zinc. C’est ce que vous signale The American Journal of Clinical Nutrition.
Les doses excessives de zinc font également diminuer le taux du cuivre qui contribue à la formation des os, des cheveux et de la peau et joue un rôle important dans la synthèse de l’hémoglobine et des globules rouges. En outre, on peut dire qu’un taux normal de zinc contribue au bon fonctionnement du système immunitaire, alors qu’un excès de zinc produit exactement l’effet contraire. C’est ce que
confirme The Journal of the American Médical Association, selon lequel un apport excessif en zinc pourrait affaiblir la réponse du système immunitaire.

De plus, la revue Metabolism indique qu’un excès de zinc réduit le taux du « bon » cholestérol, le cholestérol HDL. En conclusion, disons que l’apport nutritionnel recommandé (ANR) en zinc est essentiel à une bonne santé, mais il faut éviter les surdoses en raison de leurs effets :

• sur les autres minéraux ;
• sur le taux de cholestérol ;
• et sur le système immunitaire.

Commentaires

Commentaires