Les graisses corporelles de la partie supérieure du corps peuvent libérer des hormones additionnelles et déclencher un cancer

Les graisses corporelles de la partie supérieure du corps peuvent libérer des hormones additionnelles et déclencher un cancer

Les graisses corporelles de la partie supérieure du corps peuvent libérer des hormones additionnelles et déclencher un cancer

Mesdames, si vous pouvez observer plus de 2,5 cm de graisse autour de votre taille, vous avez peut-être une quantité dangereuse de graisse corporelle. En effet, selon les auteurs d’un rapport publié dans Armais of Internai Médiane plus vous avez de graisse dans la partie
supérieure de votre corps, plus vos risques de développer un cancer du sein sont élevés. D’autres scientifiques ont confirmé également cette opinion. Ainsi, les femmes ménopausées dont l’embonpoint se situe davantage au niveau de la taille et du tronc ont 2 fois plus de chances de développer un cancer du sein que les autres. Perdre cet embonpoint peut donc réduire les risques de cancer du sein.
De plus, des chercheurs au South Florida Collège of Medicine ont mené une étude sur 216 femmes obèses âgées de 25 à 83 ans, qui souffraient de cancer du sein, mais n’avaient pas subi de traitements aux hormones ou de chimiothérapie. Ils ont aussi tenus les dossiers de 600 femmes ne souffrant pas de cancer du sein. Ils ont mesuré la graisse corporelle autour du cou, des épaules, des bras, de la taille, des hanches et des cuisses. Finalement, ils sont arrivés à la conclusion que les femmes atteintes de cancer du sein avaient plus de graisse cor-
porelle autour de la taille, des bras, des épaules et du cou que
les autres femmes.

Une autre étude, au cours de laquelle des chercheurs ont examiné les dossiers médicaux de 40.000 femmes de l’Iowa a permis de découvrir un lien entre le cancer du sein et un corps en forme de « pomme ». Par contre, les femmes qui ont un corps en forme de « poire », ce qui signifie que leur embonpoint est réparti autour des cuisses et de la partie inférieure des hanches, présentent un taux plus faible de cancer du sein. Heureusement, les femmes prennent généralement du poids
en-dessous de la taille. L’un des premiers signes caractéristiques du cancer du sein est la formation d’une petite bosse dans un sein. Les scientifiques croient que lorsque l’œstrogène se dérègle, il peut amener les tissus des seins à proliférer trop rapidement, d’où la formation d’une bosse. Par contre, cette étude est arrivée à la con-
clusion que les femmes qui ont plus d’embonpoint dans la partie supérieure du corps ont plus d’œstrogènes et moins d’hormones pouvant lutter contre cet excès d’œstrogènes. Enfin, les scientifiques ajoutent que chez les femmes, la cellulite présente dans la partie supérieure du corps peut aussi contribuer au développement de maladies de la vésicule biliaire, de l’hypertension ou du diabète. Des liens semblables ont été établis entre la forme du corps, la répartition de la graisse corporelle et les risques de crises cardiaques.

Si vous vous inquiétez de la répartition de votre graisse corporelle et souhaitez perdre du poids, demandez à votre médecin d’établir pour vous un régime alimentaire et un programme d’exercices adapté à vos besoins.

Commentaires

Commentaires