Les graisses et le taux de rétablissements après une intervention chirurgicale

Les graisses et le taux de rétablissements après une intervention chirurgicale

Les graisses et le taux de rétablissements après une intervention chirurgicale

Selon une étude connexe dont le rapport a été publié dans The Journal of the National Cancer Institute, une alimentation liche en matières grasses peut aussi influencer le taux de rétablissement des femmes qui subissent une intervention chirurgicale pour traiter le cancer du sein. Des chercheurs suédois ont ainsi observé le régime alimentaire de 240 femmes âgées entre 50 et 65 ans et qui avaient subi entre 1983 et 1986 une intervention chirurgicale pour traiter un cancer du sein. Ces chercheurs s’intéressaient plus particulièrement à la consommation de protéines, d’hydrates de carbone, de graisses, d’alcool et de vitamines, mais ils ont
aussi tenu compte d’autres facteurs comme la taille, le poids, la tabagie et la pratique d’exercices physiques. Les femmes présentant les tumeurs les plus grosses ont signalé qu’elles consommaient moins de fibres, d’hydrates de carbone et de vitamine A, mais plus de graisses que les femmes qui souffraient de tumeurs plus petites. En général, les femmes qui mangeaient beaucoup de gras avaient des tumeurs plus grosses qui se propageaient davantage. Selon les chercheurs, les femmes qui buvaient de l’alcool présentaient aussi des risques plus élevés.

Commentaires

Commentaires