Les nouveaux facteurs de risques importants entraînant des décès dus à l'hypertension

Les nouveaux facteurs de risques importants entraînant des décès dus à l'hypertension

Les nouveaux facteurs de risques importants entraînant des décès dus à l’hypertension

Le meUleur moyen de faire des dépistages précoces des risques liés à l’hypertension, est sans doute d’analyser des déchets courants de notre organisme. Ainsi, certains scientifiques ont découvert qu’un simple examen sanguin pouvait se révéler très fiable pour la prévention des décès liés à l’hypertension. Selon leur rapport, plus de 50 % des gens qui font de l’hypertension et présentent des taux éle-
vés d’une substance sanguine appelée « créatinine » mourront
dans moins de 8 ans. Ces conclusions sont fondées sur une importante étude à laquelle participaient 14 facultés de médecine des États-Unis. Chez les 10.940 hypertendus prenant part à l’expérience, la présence dans le sérum sanguin d’un taux élevé de créatinine (au moins 2,5 milligrammes par décilitre), a été associée à un taux de mortalité étonnamment élevé.

C’est le Dr Neil B. Shuman, l’un des principaux responsables de cette étude, qui a indiqué que sur « les patients hypertendus présentant des taux sériques de créatinine équivalents ou supérieurs à 2,5 milligrammes, 50 % mourront au cours des 8 prochaines années ».
De plus, selon le Dr Shulman, le taux de créatinine fait de manière significative et constante, augmenter les risques de décès dès qu’il dépasse les 1,2 milligrammes.
En général, on considère que la plage de créatinine « normale » se situe entre 0,7 et 1,5 milligramme par décilitre. Pourtant, ce n’est pas la créatinine qui a un effet dommageable.

Des taux élevés de cette substance ne constituent en fait qu’un signal d’alarme indiquant que quelque chose ne fonctionne pas bien dans notre organisme. De fait, la créatinine est le résidu de réactions métaboliques dans les cellules musculaires. Normalement, les reins filtrent la créatinine et l’expulse du sang. Pour cette raison, des taux élevés de créatinine dans le sang peuvent être symptomatiques de problèmes rénaux. Cependant, les chercheurs ont découvert que les patients dont les taux de créatinine étaient élevés décédaient plutôt à la suite de crises cardiaques et d’accidents cérébro-vasculaires
que de maladies rénales. À ce propos, le Dr Shulman ignore la raison pour laquelle le cœur et le cerveau de ces patients souffrant de défaillances rénales sont si sensibles aux crises cardiaques et aux accidents cérébro-vasculaires.

Quoi qu’il en soit, cette récente découverte est très importante car elle peut déboucher sur une nouvelle thérapeutique pour prévenir les complications associées à l’hypertension, dont les crises cardiaques et les accidents cérébro-vasculaires. Selon le Dr Shulman, l’étude menée conjointement par les 14 facultés de médecine des États-Unis indique que des taux élevés de créatinine dans le sang devraient être reconnus comme un facteur de risques.
Dans le même esprit, un électrocardiogramme anormal ou une hypertrophie cardiaque nous renseignent sur les risques imminents d’accidents cérébro-vasculaires et de crises cardiaques. Rappelons également les facteurs de risques bien connus que sont la cigarette, un taux de cholestérol trop élevé et l’hypertension.
« Je crois que nos découvertes seront autant utiles aux chercheurs qui essaient de percer les mystères de l’hypertension, qu’aux médecins qui doivent pouvoir déterminer les patients qui ont besom de soins particuliers », explique le Dr Shulman.

D’ailleurs, pour revenir aux patients dont les taux de créatinine sont élevés, ils sont classés dans une catégorie comportant de tels risques (de crises cardiaque et d’accidents cérébro-vasculaires) que les médecins devraient mettre tous leurs efforts pour les aider à les réduire.

Commentaires

Commentaires