Pour déterminer vos risques d'accident cérébro-vasculaire, comptez les années, pas le nombre de cigarettes

Pour déterminer vos risques d'accident cérébro-vasculaire, comptez les années, pas le nombre de cigarettes

Pour déterminer vos risques d’accident cérébro-vasculaire, comptez les années, pas le nombre de cigarettes

D’après vous, qui est le plus exposé aux accidents cérébro- vasculaires ? Une personne qui a fumé 40 cigarettes par jour pendant 5 ans ou celle qui a fumé 10 cigarettes par jour pendant 20 ans ? Attention à votre réponse. Vous pourriez complètement vous tromper.
La toute dernière étude sur les fumeurs de cigarettes publiée par rAmerican Heart Association, révèle en effet que les dangers sont associés au nombre d’années de tabagisme. D’ailleurs, le Dr Jack Whisnant, neurologue à la clinique Mayo de Rochester au Minnesota, déclare à ce propos : « C’est la première fois qu’on découvre que la durée de la consommation de tabac est un facteur de risque d’athérosclérose carotidienne plus important que le nombre de cigarettes fumées pendant toute une vie ».
D’autre part, les premiers signes de dommages aux artères carotides sont souvent une perte de vision ou une paralysie temporaires. Puis, lorsque ces artères deviennent complètement obstruées ou lorsqu’il se forme un caillot, toutes les conditions d’un accident cérébro-vasculaire sont réunies.
Dans le but d’étudier ces phénomènes, le Dr Whisnant a mené cette étude à laquelle participèrent 752 hommes et femmes qui avaient été adressés à la clinique Mayo en raison de divers symptômes de maladies cérébrales ou d’accidents cérébro-vasculaires. Ils subirent un examen diagnostic appelé artériographie. Cette technique permet aux médecins de voir l’intérieur des artères du cou et de mieux évaluer l’étendue des dommages.

Cette étude a tenu compte des problèmes médicaux et des habitudes personnelles des sujets, y compris le tabagisme, la consommation d’alcool et l’exercice physique. Elle a aussi déterminé que les risques de souffrir d’une maladie des artères du cou étaient 3,5 fois plus élevés pour un homme ou une femme de 60 ans qui avait fumé pendant 40 ans que pour un non-fumeur, quel que soit le nombre de cigarettes fumées.
Les chercheurs de la clinique Mayo en ont donc conclu que le nombre d’années pendant lesquelles on fume avait plus d’incidence sur les maladies des artères du cou que le nombre de cigarettes fumées, l’âge du sujet, le diabète ou l’hypertension artérielle.
Il est donc inutile de réduire le nombre de cigarettes que vous fumez chaque jour. D’après le Dr Whisnant, cela donne un « faux sentiment de sécurité ». La seule chose que vous ayez à faire pour votre santé c’est de cesser complètement de fumer. En limitant le nombre d’années pendant lesquelles vous fumez, vous pourriez prolonger les années qu’il vous reste à vivre.

Commentaires

Commentaires