Que faire si vous avez du cholestérol

Que faire si vous avez du cholestérol

Que faire si vous avez du cholestérol?

La première chose à faire pour réduire les risques de maladies cardiaques et artérielles est de faire vérifier votre taux do cholestérol.
Pourtant, une étude récente menée aux Centers for Heart Disease Control d’Atlanta révèle que « seulement 47 % des personnes étudiées avaient déjà fait vérifier leur taux de cholestérol, que seulement 19 % d’entre elles avaient reçu les résultats de leurs tests et que, seulement 6 % connaissaient leur taux de cholestérol. » C’est pourquoi le National Cholestérol Education Program recommande désormais à tous les adultes de subir une analyse de leur concentration totale de cholestérol sanguin au moins 1 fois tous les 5 ans.

Il est bon de savoir que jusqu’à présent, on pensait qu’une concentration totale de cholestérol sanguin inférieure à 200 milligrammes par décilitre (mg/dl) était normale et considérée « sans danger ». Cependant, selon des chercheurs du Johns Hopkins Médical Institute de Baltimore, un grand nombre de patients dont la concentration totale de cholestérol sanguin était dans la zone « sans danger » souffraient en réalité de maladies artérielles. Cette découverte amena donc les scientifiques à réviser leurs directives. « Nous étions curieux de découvrir s’il y avait des anomalies lipidiques chez un groupe de patients que les directives actuelles n’auraient pas permis de détecter », déclare aujourd’hui le Dr Michael Miller, l’un des chercheurs.

Les scientifiques du Johns Hopkins Médical Institut ont donc évalué la concentration de lipides sanguins de 1.000 patients ayant subi une angiographie des artères coronaires ou une radiographie des artères du cœur, dans le but de trouver les obstacles qui bloquent la circulation sanguine au niveau du cœur. Sur 1.000 patients étudiés, 185 hommes et 4 femmes souffraient de maladies des artères coronaires. Leur taux de cholestérol sanguin était pourtant inférieur à 200 mg/dl (un taux tout à fait acceptable). Les patients qui se remettaient d’une crise cardiaque avaient été éliminés de l’étude, car la crise aurait modifié leur concentration de lipides sanguins. Il restait donc 138 hommes et 3 femmes souffrant de coronopathie, dont le taux de cholestérol était inférieur à 200 mg/dl. Enfin. 68 % des hommes et 32 % des femmes avaient un taux de cholestérol HDL de moins de 35 milligrammes par décilitre. (Le cholestérol HDL est le « bon » cholestérol.)

Des études antérieures avaient déjà montré que les risques de crise cardiaque augmentent à mesure que le taux de cholestérol HDL diminue. Ainsi, selon l’étude « Framingham ». les risques de crise cardiaque augmentent de 50 % lorsque le taux de cholestérol HDL diminue de 45 à 35 milligrammes par décilitre.

D’autre part, des statistiques médicales, confirmées par l’étude de Johns Hopkins, montrent qu’un taux peu élevé de cholestérol HDL est un indicateur important des maladies coronariennes. Selon certains chercheurs, il serait même plus révélateur qu’un taux de cholestérol LDL élevé (mauvais cholestérol). Les scientifiques croient en effet que le cholestérol HDL contribue à réduire les risques de crise cardiaque en transportant le cholestérol vers le foie où il est transformé, puis excrété.
Le cholestérol LDL, quant à lui, est le cholestérol que les médecins appellent « mauvais » cholestérol, n circule dans le sang et dépose des lipides et du cholestérol dans les tissus, contribuant ainsi à la formation de plaques sur la paroi artérielle. Or, ce phénomène peut conduire au « durcissement » ou au rétrécissement des artères, et augmenter ainsi les risques d’hypertension artérielle et de problèmes cardiaques. D’ailleurs la concentration totale de cholestérol sanguin importe peu. Les médecins devraient en fait vérifier d’autre part, la concentration totale de cholestérol à jeun, et d’autre part, de cholestérol HDL et de triglycérides de toute personne souffrant de maladie cardiaque. En effet, selon une analyse factorielle multiple, un taux de cholestérol de 245 mg/dl a été associé à « des risques 2 fois plus élevés de maladies des artères coronaires au bout de 6 ans ». De même, une concentration totale de cholestérol de 300 mg/dl quadruple les risques de maladies coronariennes.

Le tableau qui suit vous montre les nouvelles normes de concentration totale de cholestérol, et celles relatives à la concentration de cholestérol LDL et HDL :

Concentration totale de cholestérol inférieur à 200 mg/dl de 200 à 239 mg/dl 240 mg/dl et plus Directives désirable limite supérieure élevé
Concentration de cholestérol LDL inférieure à 130 mg/dl de 130 à 159 mg/dl 160 mg/dl et plus Directives désirable limite supérieure élevée
Concentration de cholestérol HDL inférieure à 35 mg/dl Directives insuffisante

 

D’autre part, d’après le Dr Miller, le fait de perdre du poids est une bonne façon d’augmenter la concentration de cholestérol HDL. particulièrement pour les obèses. Ainsi, en perdant du poids, non seulement vous augmentez votre concentration de cholestérol HDL. mais vous pouvez aussi abaisser celle des triglycérides. (Certains chercheurs pensent qu’un taux élevé de triglycérides sanguins peut être un autre facteur de maladies cardiaques). La perte de poids diminue aussi les risques de diabète. Or, celui-ci peut contribuer au développement de maladies cardiaques.

Le fait de pratiquer régulièrement un exercice et de cesser de fumer peuvent aider à augmenter la concentration de cholestérol HDL, et donc à réduire les risques de maladies cardiaques. En outre, de simples modifications alimentaires suffisent à réduire le taux de cholestérol Ainsi, les graisses polyinsaturées, comme celles que contient l’huile do maïs ou de carthame, abaissent la concentration totale de cholestérol, mais font aussi diminuer le taux de cholestérol HDL. Cependant, ajoute le Dr Miller, des études récentes ont montré que les graisses monoinsaturées, comme l’huile d’olive, réduisent la concentration totale de cholestérol sans affecter le taux de cholestérol HDL.

Enfin, une étude récente des Centers for Disease Control d’Atlanta révèle qu’entre l’âge de 20 ans et de 60 ans. le taux de cholestérol des hommes augmente de 50 points, alors que, pendant la même période, celui des femmes augmente de 70 points. Les chercheurs espèrent que cette découverte aidera à sensibiliser les jeunes aux risques de maladies cardiaques, afin qu’ils adoptent sans tarder une alimentation saine et de bonnes habitudes de vie.

Commentaires

Commentaires