Que faire si vous ressentez les symptômes annonciateurs d'une crise cardiaque

Que faire si vous ressentez les symptômes annonciateurs d'une crise cardiaque

Que faire si vous ressentez les symptômes annonciateurs d’une crise cardiaque ?

Vous ressentez des palpitations. Vous avez des étourdlissements et vous êtes sur le point de vous évanouir. Vous avez l’impression que votre cœur bat à toute vitesse. Vous avez des sueurs froides, même s’il fait frais, et vous ressentez des douleurs dans la poitrine.
Si vous éprouvez tous ces symptômes, vous faites peut-être l’expérience des derniers signes annonçant une crise cardiaque
potentiellement mortelle. Ces symptômes peuvent se manifester lorsqu’il se produit une espèce de court-circuit dans le cœur, qui le dérègle complètement. Dans le corps médical, on parle d’arythmie cardiaque pour décrire un cœur dont les battements sont irréguliers. Lorsque le cœur perd son rythme normal, il ne pompe plus le sang efficacerment. Aussi, lorsque le pompage du cœur ne se fait plus normalement, la pression sanguine chute dangereusement dans tout l’organisme et les tissus n’obtiennent plus suffisamment d’oxygène.

En fait, 2 formes d’arythmie cardiaque requièrent des soins médicaux d’urgence :

• La première est la fibrillation ventriculaire. Elle se caractérise par une trémulation désordonnée des fibres musculaires cardiaques et provoque l’arythmie des ventricules.
• La deuxième forme d’arythmie dangereuse est la tachycardie ventriculaire. Elle se caractérise sur un électrocardiogramme, par une cadence de plus de 100 battements à la minute qui n’est pas provoquée par de l’exercice ou des médicaments.

On voit souvent dans les films et à la télévision des patients souffrant d’arythmie qui sont traités à l’aide de chocs pour rétablir une activité électrique normale dans leur organisme. Le médecin applique un courant électrique pendant une fraction de seconde en disant : « Attention ! Cardioversion ! ». Mais qu’arrive-t-il si vous faites une crise cardiaque et qu’il n’y a personne autour pour vous porter secours, et encore moins quelqu’un qui puisse vous administrer un choc électrique ? Selon le Southern Médical Journal, il y a au moins 2 méthodes naturelles auxquelles vous pouvez recourir, même si vous
êtes seul, pour faire cesser les battements désordonnés de votre cœur. Ces 2 méthodes peuvent vous garder conscient et vous laisser suffisamment de temps pour appeler des secours médicaux.
□ Toux de RCP – La RCP ou réanimation cardio-pulmonaire vise à remettre le cœur et les poumons au travail pour qu’ils transportent de l’oxygène aux cellules de l’organisme, lesquelles ne peuvent vivre que quelques minutes sans oxygène.

La toux est ce que vous faites pour vous-même. « Ilexiste des données démontrant que tousser vigoureusement à plusieurs reprises peut être aussi efficace que la RCP pour rétablir une circulation sanguine efficace vers les organes vitaux lorsque le cœur vient de cesser de fonctionner normalement, comme dans le cas de la fibrillation ventriculaire, »explique le Dr Cari E. Bartecchi, de la Southern Colorado Clinic, à Pueblo, au Colorado. Lorsque vous aspirez de l’air juste avant de tousser, vous vous remplissez les poumons d’oxygène. Le sang qui passe par les poumons le transporte jusqu’aux organes vitaux. « Cette manœuvre permet de gagner du temps… et peut être utilisée par la victime elle-même », souligne le Dr Bartecchi. Une version abrégée de cette méthode consiste à tousser 2 fois de manière très vigoureuse, pour faire retrouver au cœur son rythme normal. En effet le Dr Bartecchi déclare qu »il a été démontré qu’une toux vigoureuse pouvait faire cesser la tachycardie ventriculaire et rétablir un rythme cardiaque normal ».

□ La technique du coup de poing. Cette technique consiste essentiellement à se frapper vigoureusement le sternum avec la paume de la main. Le sternum est la partie osseuse située au milieu de la poitrine, à l’endroit où les côtes se rejoignent. De fait, les coups sur le sternum ont l’effet d’un stimulateur cardiaque artificiel et on peut continuer à les donner pendant de longues périodes. Cette manœuvre est beaucoup plus efficace que les autres méthodes, comme les compressions cardiaques externes (RCP conventionnelle) ou la toux de RCP.
Une version abrégée de cette méthode consiste à donner « un coup ferme sur la région précordiale »* avec le poing fermé, ce qui peut faire cesser la fibrillation ventriculaire et la tachycardie ventriculaire. « L’efficacité répétée de cette manœuvre est signalée depuis de nombreuses années », ajoute le Dr Bartecchi.

La crise cardiaque classique est l’infarctus du myocarde. Dans ce cas. une partie du cœur est soudainement privée de sang, généralement à cause d’un caillot qui se forme dans l’une des artères qui alimentent le cœur. Cependant, c’est la perte du rythme cardiaque provoquée par l’interruption de la circulation sanguine qui est dangereuse, voire même mortelle.
En effet, dans environ 3 cas d’arrêt cardiaque sur 4, la personne est victime de fibrillation ventriculaire. ‘Toute personne devrait supposer qu’il s’agit de fibrillation ventriculaire lorsque la victime n’a plus de pouls, dit le Dr Bartecchi. et elle devrait recourir au traitement recommandé dans ce cas. » Si vous voyez une personne avoir des difficultés cardiaques ou s’effondrer soudainement, voici ce que le Dr Bartecchi vous conseille de faire pour tenter de lui sauver la vie.

□ Si la victime est consciente, faites-la tousser profondément et vigoureusement. La toux peut faire cesser les perturbations du rythme cardiaque ou du moins garder la victime consciente. Faites en sorte qu’elle continue à tousser jusqu’à l’arrivée des secours médicaux.
□ Si vous assistez à un arrêt cardiaque complet dans la minute qui suit la crise, optez pour la technique du coup de poing. Passez la main sur la cage thoracique pour localiser le sternum, qui se trouve au milieu de la face antérieure du thorax, et frappez-le fort. Donnez un coup
assez violent avec le côté de la main, le poing fermé. Faites comme si vous donniez un coup de marteau sur le cœur.
□ Vérifiez le pouls de la victime. Si vous ne le sentez pas, donnez un autre coup plus fort. Si le pouls semble revenir lorsque vous frappez le cœur de la victime, continuez à le faire.

(Remarque : D faut faire attention lorsqu’on donne des coups sur le cœur d’une victime qui semble faire une crise cardiaque. Un coup trop violent peut fracturer une côte et perforer un poumon. La prochaine fois que vous verrez votre médecin, nous vous suggérons de discuter avec lui des risques et des avantages de cette méthode, pour voir s’il vous recommande de l’utiliser.)
□ Si la victime ne réagit pas aux coups, utilisez les méthodes classiques de RCP. Bien entendu, les coups ne doivent être administrés qu’immédiatement après l’arrêt du cœur, explique encore le Dr Bartecchi. Si vous ne savez pas depuis combien de temps la personne est inconsciente ou en détresse cardiaque, n’utilisez que les méthodes de RCP et évitez de donner des coups sur le
cœur.
□ Il s’agit d’être rapide. En effet, la toux ou les coups sur le sternum donnent les meilleurs résultats dans la minute qui suit la défaillance du rythme cardiaque. Dans tous les cas, il faut appeler des secours médicaux dans les plus brefs délais. Si vous n’avez jamais appris les techniques de réanimation cardio-pulmonaire (RCP) et que cela vous intéresse, consultez la Croix-Rouge qui pourra vous conseiller sur les moyens de formation.

Commentaires

Commentaires