Qu'y a-t-il de pire, un gros ventre hanches larges

Qu'y a-t-il de pire, un gros ventre hanches larges

Qu’y a-t-il de pire, un gros ventre hanches larges?

Un gros ventre est plus dangereux pour la santé que des hanches larges ou de grosses jambes.
En effet, des chercheurs de l’université de Boston qui ont étudie pendant 20 ans un groupe de 4.500 adultes, dans le cadre de l’étude Framingham, signalent que l’obésité abdominale est associée à des risques plus élevés d’accidents cérébro-vasculaires chez les hommes, et de défaillances cardiaques chez les deux sexes.
Le Dr Joseph Stokes. professeur de médecine à l’université de Boston, a d’ailleurs expliqué que « plus la proportion du tour de taille augmente par rapport à la grandeur d’une personne, plus ses risques de développer des maladies cardio-vasculaires augmentent ». « Il est impossible de tenir compte uniquement du poids global pour prédire qui souffrira de maladies cardio-vasculaires et qui en mourra, poursuit le Dr Stokes. L’obésité abdominale constitue le meilleur indice. »

De plus, d’après lui, la défaillance cardiaque est la complication la plus fréquemment associée à l’obésité abdominale. De fait, à chaque augmentation de 6 cm du tour de taille, 10 à 12 personnes de plus sur 1.000 risquent d’être victimes d’une défaillance cardiaque.
Par ailleurs, l’épaisseur du pli de graisse apparaissant sous les omoplates, qui permet d’estimer la graisse corporelle dans la partie supérieure du corps, semble être un autre indicateur de risque indépendant. C’est ce qu’a noté le Dr William B. Kannel, un autre membre de l’équipe de chercheurs en charge de la Framingham Heart Study.

Pour le moment, les chercheurs peuvent uniquement formuler des hypothèses pour expliquer pourquoi ils estiment que la graisse abdominale est plus dangereuse que la graisse installée dans d’autres parties du corps. Certains croient que les graisses causent plus de problèmes cardiaques parce que le sang passe directement de ces tissus adipeux au foie (organe dont la fonction consiste justement à sécréter et à expulser le cholestérol présent dans le sang). D’autres pensent que la régulation des cellules adipeuses de l’estomac serait différente de celle qui assure le fonctionnement des cellules des fesses et des cuisses.

Commentaires

Commentaires