Traitement à double tranchant

Traitement à double tranchant

Traitement à double tranchant

Selon un article publié dans The New England Journal of Médecine, il semblerait que le traitement d’une forme de cancer puisse éventuellement en causer une autre. Par exemple, les femmes qui subissent des traitements de chimiothérapie pour le cancer des ovaires sont plus exposées à la leucémie. À cet égard, des études menées en Europe, en Angleterre et ni Canada ont identifié plusieurs des facteurs ci-après qui agissent de concert pour augmenter les risques de leucémie chez la femme.
□ L’âge : Plus la femme est âgée lors du diagnostic du cancer des ovaires, plus les risques de leucémie sont grands. Ainsi, parmi les sujets de l’étude, au moins la moitié avaient 58 ans ou plus lors du diagnostic.
□ Le stade de développement du cancer : Les femmes dont le cancer des ovaires est avancé sont plus exposées à une leucémie suite à la chimiothérapie, car elles ont besoin de plus de médicaments pour combattre le cancer. Un diagnostic précoce du cancer des ovaires réduit donc les risques de leucémie.
□ Le type de traitement : Les risques de leucémie les plus faibles concernent les patiente:; qui subissent une intervention chirurgical. Les risques, pour celles qui reçoivent des traitements de radiothérapie, sont légèrement plus élevés. Enfin, le traitement par chimiothérapie présente les risques les plus élevés. (Une combinaison de radiothérapie et de chimiothérapie a des effets moins nocifs, probablement en raison des plus petites doses de médicaments chimiothérapiques utilisées).
□ Le type de traitement chimiothérapique : Au cours de l’étude, les chercheurs ont remarqué que certains médicaments de chimiothérapie augmentaient les risques de leucémie, notamment le chlorambucil. le cyclophsophamide, le melphalan et le thiotépa. En fait, le degré de risque dépend du dosage et des combinaisons de médicaments utilisées, méthode privilégiée dans le traitement du cancer ovarien.
□ Le temps écoulé depuis la chimiothérapie : La leucémie peut se développer 4 à 6 ans après le début de la chimiothérapie (ou 1 à 4 après l’interruption du traitement).
Mais les risques demeurent élevés même après dix ans.

Les chercheurs soulignent que si la chimiothérapie est un traitement courant pour lutter contre le cancer des ovaires, ils ne sont pas convaincus que les bienfaits de ce traitement compensent les risques de développer une leucémie. De nos jours, il n’existe pas actuellement de règlements ou de directives précises concernant les risques aux traitements du cancer. Chaque femme réagit différemment. Mais, si vous souffrez de cancer des ovaires, demandez donc à votre médecin de vous expliquer les risques et les effets secondaires de chaque forme de traitement. Insistez. Vous devez être bien renseignée afin que vous et votre famille puissiez choisir le traitement le plus efficace et le moins risqué.

Commentaires

Commentaires