Un programme pour prévenir naturellement l'hypertension

Un programme pour prévenir naturellement l'hypertension

Un programme pour prévenir naturellement l’hypertension

Si vous êtes sujet à l’hypertension, êtes-vous vraiment condamné à prendre des médicaments puissants pour lutter contre cette maladie? Pas nécessairement. Vous avez peut-être la possibilité d’adopter une méthode naturelle pour empêcher l’hypertension de se développer. C’est du moins ce que disent 8 chercheurs de la faculté de médecine de l’université Northwestern, à Chicago.
D’après eux, « les résultats indiquent que même une réduction modérée des facteurs de risque associés à l’hypertension chez les personnes prédisposées contribue à prévenir cette maladie ».
Certains chercheurs ont même affirmé dans un rapport publié dans The Journal of the American Médical Association que vous pouvez réduire vos risques de développer de l’hypertension en modifiant modérément votre mode de vie. Ds ont mené une étude sur 201 hommes et femmes légèrement obèses, qui consommaient des aliments salés et fumés, buvaient plusieurs verres d’alcool par jour et faisaient rarement de l’exercice. Tous avaient une tension artérielle se situant dans la plage « élevée », mais encore normale. Cela signifie qu’ils avaient une tension diastolique (le chiffre le moins élevé) entre 8 et 9,9 cm de mercure. À part cela, tous les sujets étaient en bonne santé.

Ces candidats à l’hypertension ont accepté d’améliorer leur alimentation en vue d’atteindre 4 buts précis :

• Perdre au moins 5 kilos ;
• Réduire leur consommation quotidienne de sel à moins de 3 grammes par jour ;
• Limiter leur consommation d’alcool à 2 verres par jour ;
• Faire des séances d’exercices de 30 minutes. 3 fois par semaine.

Les fumeurs ont été invités à renoncer a la cigarette. Puis, les chercheurs ont conseillé à ces personnes d’adopter une alimentation plus faible en graisse. Pendant 5 ans, les participants à cette étude, dont l’âge variait entre 30 et 44 ans, ont tenu un journal sur leur alimentation. En outre, ils allaient régulièrement voir leur médecin, se
soumettaient à des examens sanguins, des tests d’urine et faisaient vérifier leur tension artérielle périodiquement. Les trois quarts faisaient de l’exercice régulièrement, surtout de la marche, du jogging et de la bicyclette. 1 sujet sur 4 a réussi à perdre les 5 kg convenus, mais moins de 2 participants sur 10 ont diminué leur consommation de sel. Tous ont déclaré boire en moyenne seulement 2 verres d’alcool par jour. En outre, ils se sont mis à consommer quotidiennement 800 calories de moins, ce qui représentait une baisse de 30 % de leur apport calorique total. Cependant, ils n’ont réduit que modestement leur consommation de graisses saturées et
de cholestérol.

Pendant toute la durée de l’étude, les médecins ont observé un autre groupe de personnes dans la même situation, mais qui ne suivaient pas de régime particulier, n’essayaient pas de perdre du poids et ne faisaient pas d’exercice. Bref, il s’agissait de gens qui avaient continué à manger, à boire et à vivre comme il leur plaisait. Au bout de 5 ans, les chercheurs ont constaté que le taux d’hypertension des personnes qui vivaient sans prendre la moindre mesure, était 2 fois plus élevé que pour les autres.
Il est bon de signaler également que les mesures d’ordre alimentaire prises par les personnes qui n’étaient pas encore atteintes d’hypertension, on même aidé à retarder d’I an ou plus, l’apparition de cette maladie .

De plus, les chercheurs ont constaté que ce programme avait particulièrement réussi aux sujets qui avaient considérablement maigri. Par ailleurs, ils ont démontré que les fumeurs sont 4 fois plus susceptibles de faire de l’hypertension que les autres. Enfin, 1 participant sur 5 du groupe sans régime a développé de l’hypertension au cours des 5 années qu’a duré l’étude, contre seulement 1 personne sur 11 du groupe avec régime. (Cette constatation concernait même les personnes au régime qui n’avaient pas encore atteint leurs objectifs fixés.) Cela semble donc démontrer que le seul fait de faire attention à leur alimentation les avait aidés.
Pour être plus précis, les chercheurs pensent que des changements même aussi mineurs dans le mode de vie, pourraient faire diminuer en 5 ans les risques de maladies cardiaques et d’accidents cérébro-vasculaires chez près d’1 million de personnes dont la tension artérielle est considérée comme élevée, mais encore « normale ». Les médecins pourraient ainsi prévenir l’hypertension grâce à des mesures d’ordre alimentaire qui viendraient compléter la prescription habituelle de médications.

Pour ceux qui douteraient encore de l’efficacité de ces mesures relativement simples, il est bon de savoir que les données de l’étude dont nous venons de parler ont été confirmées par une nouvelle étude menée à l’université du Minnesota durant 4 ans.
Cette nouvelle étude a permis d’affirmer aussi que même les personnes souffrant d’hypertension légère et prenant des antihypertenseurs délivrés sur ordonnance, peuvent contrôler leur
tension artérielle sans médicaments, n leur suffit tout simplement de perdre du poids et de réduire leur consommation de sel et d’alcool.
D’après le Dr Richard H. Grimm, responsable de cette étude, « les médicaments ont sauvé la vie de nombreuses personnes souffrant d’hypertension. Cependant, au cours des dernières années, le monde médical a commencé à s’inquiéter beaucoup plus des effets secondaires indésirables de ces médicaments et de leurs coûts. »

Afin d’effectuer cette étude dans les meilleures conditions, 189 hommes souffrant d’hypertension légère (leur tension diastolique se situait entre 8 et 9 cm de mercure) ont été séparés en 3 groupes.
Les sujets du 1er groupe ont cessé de prendre des médicaments et ont reçu des conseils diététiques. « On leur a fourni des informations sur le contrôle du poids et la réduction de la consommation d’alcool et de sel alimentaire », a expliqué le Dr Grimm. Quant aux sujets du 2ème groupe, ils ont également cessé de prendre des médicaments, mais on ne leur a pas donné de conseils pour améliorer leurs habitudes alimentaires. Enfin, les sujets du 3ème groupe ont simplement continué à prendre leurs médicaments habituels.

4 ans après le début de l’étude, près de 40 % des sujets du 1er groupe ne prenaient toujours pas d’anti-hypertenseurs et avaient une tension artérielle normale. Cependant que 95 % des sujets des 2ème et 3ème groupes ont été contraints de reprendre des anti-hypertenseurs ou de continuer à les prendre pour juguler leur hypertension.
En outre, les patients qui ne prenaient pas de médicaments et recevaient des conseils diététiques, ont perdu entre 3 et 5 kilos, et ne les ont jamais repris au cours des 4 années de l’étude. Pour y parvenir, ils avaient tout de même réduit leur consommation de sel de 36 %. et buvaient moins d’alcool ! Les sujets des 2 autres groupes, quant à eux, ont pris du poids et n’ont pas modifié leur consommation de sel ou d’alcool. Enfin, les sujets du 1er groupe présentaient de meilleurs taux de cholestérol sanguin, de potassium et d’acide urique : ce que les médecins considèrent comme un effet secondaire bénéfique.

D’après le Dr Grimm, les traitements non médicamenteux réellement efficaces sur les personnes qui souffrent d’hypertension légère doivent donc comprendre un contrôle du poids, une réduction de la consommation de sel et d’alcool, ainsi que la pratique d’exercices physiques. Afin de pousser encore plus loin ses recherches, le
Dr Grimm dirige aujourd’hui une autre étude sur le traitement de l’hypertension légère pour le compte de la National Heart, Lung and Blood Institute.

Il espère que cette expérience démontrera :

• qu’une thérapie diététique combinée à une thérapie médicamenteuse peut réduire le taux de décès dus à l’hypertension ;
• qu’abaisser l’hypertension légère peut prévenir les maladies coronariennes ;
• et enfin, que les différents médicaments destinés à abaisser la tension artérielle influencent l’espérance de vie.

« Environ 60 millions d’Américains, soit environ 25 % de la population adulte, souffrent d’hypertension, signale le Dr Grimm. Or, on estime que les coûts médicaux de l’hypertension s’élèvent à environ 10 milliards de dollars… et que, tous les ans, approximativement 75 millions d’Américains consultent un médecin pour des traitements de l’hypertension. »

Commentaires

Commentaires