Une mauvaise santé dentaire peut être un facteur de risques de maladies cardiaques

Une mauvaise santé dentaire peut être un facteur de risques de maladies cardiaques

Une mauvaise santé dentaire peut être un facteur de risques de maladies cardiaques

Selon de nouvelles recherches publiées dans British Médical Journal et effectuées en Finlande, une mauvaise santé dentaire pourrait être un facteur de risques dans le développement des maladies cardiaques. En effet, dans le cadre de deux études distinctes, on a observé que les personnes souffrant de maladies cardiaques avaient une plus mauvaise santé dentaire que les personnes du groupe de contrôle, même lorsque les autres facteurs de risques de maladies cardiaques étaient exclus.
Ces résultats ont été ajustés d’après des facteurs de risques connus associés aux maladies cardiaques tels que l’âge, le sexe, la situation économique, l’hypertension, les taux de cholestérol, la consommation de tabac, le diabète et la résistance à l’insuline.
En fait, « on sait peu de choses sur les effets à long terme d’infections bactériennes mineures chroniques, associées aux caries et aux maladies des gencives », ont déclaré les chercheurs dans le British Médical Journal. Mais tout laisse à penser aujourd’hui, que les substances toxiques produites dans la bouche par ces bactéries pourraient avoir un effet dommageable sur le cœur.

Cependant qu’on ne peut exclure cet autre facteur de risques que représente le mode de vie de chaque individu. En effet, les chercheurs croient qu’un style de vie malsain peut causer à la fois des maladies cardiaques et des infections dentaires. Ainsi, selon le Dr Mattila, les gens qui se soucient peu de leur santé sont susceptibles de négliger tout autant leurs dents que leur cœur. Cette étude précise également qu’une mauvaise alimentation peut avoir un effet dommageable à la
fois sur le cœur et sur la santé dentaire.
Par ailleurs, des médecins et des dentistes de Helsinki ont entrepris des études parce qu’ils avaient constaté qu’on pouvait attribuer seulement entre la moitié et les trois quarts des maladies coronariennes aux facteurs de risques connus. « Par conséquent, dit Je Dr Mattila, ii semble que d’importants facteurs de risques n’aient pas encore été découverts. »
De même, d’autres études ont permis d’établir un rapport entre les infections virales aiguës, les bactéries et les maladies cardiaques.
Enfin, même si les chercheurs ne tirent encore aucune conclusion de cause à effet, ils pensent qu’il est nécessaire de mener d’autres études pour déterminer les effets d’une mauvaise santé dentaire sur les maladies cardiaques.

Commentaires

Commentaires